Certains apprenants découvrent ou redécouvrent les langues vivantes. D'autres, plus avancés, souhaitent approfondir leurs connaissances linguistiques et culturelles ou encore tenir une conversation. Ils s'épanouissent et prennent plaisir à venir en cours. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Les semaines se suivent et se ressemblent quand soudian....... patatra! Tous leurs projets prennent l'eau. En effet, leur cerveau renonce à une telle gymnastique. Ils veulent continuer à progresser et luttent pour y parvenir. Il faut se rendre à l'évidence : ils sont en situation de blocage linguistique. Mais que sont ces mèchantes bêtes et comment en venir à bout?  Lisez plutôt!

Les défauts de perception

Certains d'entre nous sont de nature rigoureuse et perfectioniste. Ils ne digèrent que très difficilement l'échec et veulent vraiment trop bien faire. Ils refusent de commettre la moindre erreur, même légitime. Ils vont toujours plus loin, toujours plus vite. Ils commencent par emmagasiner du vocabulaire et acqérir des bases grammaticales solides. Cependant, terrorisés à l'idée de se tromper devant leurs camarades, ils gardent le silence et se fondent dans la masse. Ils aimeraient parler comme ils écrivent, avec beaucoup de précision et de fluidité. Leur cerveau ne distingue plus la langue écrite de la langue orale qui pour lui sont de parfaits équivalents.  Frustrés malgré tout, ils prennent l'habitude de repérer et de corriger mentalement les erreurs des autres. C'est la stratégie employée par leur cerveau pour faire face à la situation.

Les traumatismes

Profondément marqués par les propos directs et on ne peut plus blessants ou dégradants de leurs enseignants, certains apprenants se retrouvent destabilisés. Ils ont peur du jugement, peur des cris, moqueries ou représailles. Ils perdent toute confiance en eux.  Pourtant, au plus profond d'eux-mêmes, ils souhaitent progresser et garder contact avec la ou les langues étudiées. ils donneraient n'importe quoi pour revenir en arrière mais rien y fait. Au moment de prendre la parole, ils perdent leurs moyens et se mettent à trembler, pleurer ou transpirer. Certains peuvent également éprouver des sensations de brulure intense.

L'éloignement

Pour ue raison ou une autre, pour une durée plus ou moins longue, certains apprenants perdent contact avec la langue étudiée. Plus le temps passe, plus leur capital confiance diminue. Ils finissent par prendre peur à l'idée de s'exprimer oralement ou de prendre un crayon ne serait ce que pour construire une simple phrase. Pourtant, ils souhaitent maitriser cette langue et n'ont parfois guère le choix.

La libération

Malheureusement, il n'existe aucune solution miracle pour en finir avec un blocage linguistique. Cependant, il est important que les enseignants dialoguent avec leurs apprenants et leur prêtent attention pour éventuellement identifier des signes avant coureurs. Si tel est le cas, il faudra alors attendre de voir si l'apprenant concerné prend conscience de la siatuation et souhaite en changer. Si oui,il faudra l'aider à rétablir de véritables priorités, faire le point sur ses projets, envies  ou expériences personnelles pour fixer de nouveaux objectifs. La rééducation cérébrale peut alors commencer. Dans le cas d'un défaut de perception, il convient d'isoler chaque compétence langagière et de mettre au point une procédure stricte de raisonnement par étapes. L'appprenant doit retrouver le plaisir d'appprendre, apprendre autrement. Dans le cas d'un troumatisme, il faut bien entendu rétablir avec l'apprenant une relation pédagogique de confiance et l'aider à travailler sur son mental, à se remobiliser pour profiter pleinement de chaque séance. A long terme, les manaifestations physiques de  son angoisse se feront plus rares er l'apprenant étoffera ses différentes productions. Il assumera son blocage comme une partie de son parcours, de son histoire. Pour l'y aider, l'enseignant pourra par exemple recourir à la pédagogie de l'obstacle. Enfin, dans le cas d'un éloignement, il sera utile de refamiliariser l'apprenant avec le vocabulaire courant ainsi que les règles syntaxiques, lexicales et grammaticales propres à chaque langue. Ensuite, l'apprenant pourra se voir investi de différents rôles qui rendront son apprentissage plus ludique et donc plus plaisant. A long terme, il pourra tenir des converstions, rédiger des textes ou documents officiels.

Cerveau